Axe 1. Les sources et données démographiques

  • Inventaire
  • Regard critique
  • Propositions

L’élaboration de rapports et analyses démographiques fiables nécessite de porter une très grande attention à la qualité des données qui seront mises à la disposition du public et utilisées pour la construction des indicateurs. En démographie, la plupart des indicateurs rapprochent des informations chiffrées issues de sources différentes et de qualité inégale et variable ; ainsi en est-il des taux qui rapportent des nombres d’événements appréhendés par des systèmes d’état civil généralement assez performants et fiables à des effectifs de population déduits d’estimations plus ou moins approximatives. Si la collecte et l’exploitation de certaines caractéristiques individuelles (le sexe et l’âge, par exemple) ne posent guère de problème, le recueil et l’analyse d’autres caractéristiques des personnes sont davantage sujets à interprétation et à caution (par exemple : la domiciliation, le statut d’occupation et la catégorie professionnelle, l’affiliation ethnique). La qualité des données recueillies peut s’avérer très sensible au mode de collecte. Les déclarations de certaines situations des personnes peuvent fluctuer au cours du temps sans pour autant que les situations en question aient changé (déclarations d’affiliation ethnique fluctuant d’un recensement à l’autre au gré des variations de l’environnement politique). Dans un autre domaine, les modifications de zonages administratifs, les changements de définitions des populations (ou sous-populations) et les altérations de champs des variables affectent la comparabilité des données dans le temps et l’espace. Pour satisfaire à ses divers objectifs de recherche— analyse de la situation et de l’évolution des populations de l’espace méditerranéen (populations nationales, populations régionales, populations particulières), analyses comparatives, analyses causales, étude d’impact des évolutions observées, analyses prospectives, élaboration de scénarios systémiques contrastés —, le programme doit pouvoir disposer d’une base de données ad hoc, constituée par assemblage d’informations puisées aux diverses sources (recensements, états civils, enquêtes, monographies, registres, fichiers administratifs) existantes dans les différents pays méditerranéens ou accessibles ailleurs.

Axe 2. La dynamique des populations

  • Étude des trois phénomènes clés : fécondité, mortalité, migrations et de leur évolution spatio-temporelle
  • Étude des unions et désunions
  • Conséquences sur les structures par sexe et par âge
  • Effets sur les structures familiales
  • Effets sur les sous-populations
  • Effets sur le peuplement des territoires

Dans cet axe, seront étudiés les phénomènes qui président à l’évolution de la taille et des structures des populations à trois niveaux de découpage territorial : l’espace méditerranéen dans son ensemble, qui sera alors comparé à d’autres aires géographiques (Afrique, Asie, Europe, Monde) ; l’échelle des nations qui composent cet espace (les comparaisons s’effectueront alors entre pays constitutifs) ; l’échelle infra-nationale (les comparaisons opposeront dans ce cas les littoraux des pays et leur intérieur). L’analyse des phénomènes sera poussée dans diverses directions. Si l’on prend l’exemple de la fécondité, les analyses menées ne porteront pas seulement sur le niveau atteint à un moment donné ou sur la descendance d’une génération particulière ou sur l’évolution de ces indicateurs dans le temps, mais elles comporteront également un volet recherche de facteurs et de simulations spécifiques (mesure de l’impact de la complexification des histoires de vie matrimoniales sur le niveau de la fécondité ; analyse des facteurs jouant sur l’infécondité définitive ; mesure de l’apport des techniques de procréation médicalement assistée et de lutte contre la stérilité à la fécondité ; analyse de l’avortement et de la contraception ; recherche d’un effet « normes sociales » sur le niveau et l’évolution de la fécondité…).

Axe 3. Le vieillissement démographique

  • Diffusion du phénomène Interactions avec les autres phénomènes démographiques
  • Conséquences socio-économiques

Le vieillissement démographique va s’accélérer dans tout l’espace méditerranéen et encore plus vite dans les pays du sud et de l’est de la Méditerranée. Formidable défi, le vieillissement est un phénomène qui affecte profondément et gravement les finances publiques et dont les enjeux interfèrent avec ceux relatifs à l’emploi et à ses mutations, renvoient aux modalités de fonctionnement de l’économie, interrogent sur le devenir de l’offre et de la demande de biens et de services et sur l’évolution des jeux de pouvoir et des rapports de force entre générations successives (phénomènes d’éviction de certaines classes d’âges) et au sein de mêmes groupes de générations (dissension des liens intragénérationnels, entre riches et pauvres et précaires). C’est dans sa globalité, sous l’angle de ses multiples et diverses causes et conséquences, que le vieillissement démographique sera appréhendé dans cet axe de recherche. Seront d’abord dégagées et précisées les tendances lourdes à l’œuvre dans les sociétés étudiées. Les interférences entre le vieillissement et les autres phénomènes démographiques feront ensuite l’objet d’une étude particulière. Enfin seront analysées les diverses conséquences du vieillissement des populations par études d’impact interposées.

Axe 4. Les mobilités

  • La mesure des mobilités
  • Les déterminants de la mobilité
  • Les conséquences de la mobilité
  • La mobilité est le phénomène démographique le plus délicat à appréhender.

Outre le fait qu’il existe plusieurs types de mobilités (spatiales, professionnelles, sociales), l’appréhension du phénomène est compliquée par la possibilité d’envisager la mobilité par son origine et/ou sa destination. Une autre difficulté, qui concerne davantage la mobilité spatiale, tient au fait que sa connaissance peut mobiliser des appareils statistiques différents. Outre la mesure des mobilités et la mise en évidence de tendances de long terme, on privilégiera, dans cet axe, l’étude des déterminants des mobilités constatées et des stratégies auxquelles elles peuvent correspondre tant de la part des individus, que de leur environnement familial ou encore des États. On s’intéressera également aux effets des diverses formes de mobilités : par exemple, les effets socio-économiques des remises envoyées par les migrants à leurs proches dans leur pays ou région d’origine, les effets des mobilités sur certains types de liens sociaux historiquement construits (phénomène d’éviction des jeunes natifs d’une zone induit par une immigration aux retombées spéculatives fortes), les effets de la mobilité sociale sur la structures des métiers et des qualifications...

Axe 5. Démographie et environnement

  • Peuplement de l’espace et impacts sur l’environnement
  • Effets démographiques de l’environnement

Quand il déserte certaines parties d’un territoire et se concentre, avec ses activités, massivement sur d’autres, l’homme contraint plus ou moins gravement son environnement. Si le départ des hommes ne signe pas forcément la reprise d’un bon état de nature mais, bien souvent, la reconquête de terres autrefois entretenues par des friches désordonnées et facilement inflammables, l’arrivée massive des hommes en d’autres points des territoires met fort à mal l’environnement (mitage urbain, déforestation intensive, diminution des terres humides, pollutions diverses, …). L’environnement, pour sa part, manifeste de bien des façons son inclémence envers l’homme (tremblements de terre, inondations, crues, tornades, typhons, sécheresse extrême…), le trop-plein d’activités humaines développées au grand mépris de la nature n’expliquant pas tout. Avec cet axe de recherches, il s’agira de repérer et d’estimer les effets réciproques des activités humaines et de l’environnement. À l’aide de simulations idoines, on s’efforcera également de les anticiper.

Axe 6. Phénomènes démographiques et genre

  • Sexe ratios et âges
  • Analyses différentielles
  • Discriminations liées au genre

Dans cet axe on s’attachera à mettre en évidence des profils de rapports hommes-femmes selon l’âge dans les différentes populations de l’espace méditerranéen et à diverses époques. Il s’agira ensuite de repérer les facteurs à l’origine des déséquilibres, leur ancienneté et leur degré d’inertie. Ces observations seront croisées avec d’autres telles que la structure des ménages pour apprécier, par exemple, si ces déséquilibres se traduisent par de l’isolement social et tester l’impact de certaines mesures d’accompagnement ou d’intervention. Dans ce point seront aussi analysés les discriminations liées au genre (par exemple, dans le domaine de l’éducation, des droits, de la citoyenneté, de l’emploi, des rémunérations, des violences,…) et les effets de ces diverses formes de discriminations sur la santé et l’intégration familiale et sociale.

Axe 7. La famille

  • Les modèles familiaux et leur évolution
  • Les nouvelles parentalités et l’évolution du droit

Sous l’influence plus particulière de l’évolution de la fécondité et de la mortalité, la répartition par âge des individus d’une même lignée est plus irrégulière et étirée aujourd’hui qu’hier dans les pays les plus avancés dans leur transition démographique. On recherchera, dans cet axe, si le même phénomène prévaut dans tous les pays et toutes les populations de l’espace méditerranéen et l’on s’interrogera sur l’ampleur et la nature des éventuels écarts. Il s’agira de mesurer et comprendre le passage des modèles familiaux traditionnels aux nouveaux modèles de famille plus restreintes. Aujourd’hui de nouvelles formes de parentalités apparaissent en relation avec l’évolution des comportements, de la norme sociale, du droit. Nous tenterons, entre autres, de prendre la mesure de l’intensité de ces nouvelles formes de parentalités et de leur calendrier dans les diverses populations de l’espace méditerranéen.

Axe 8. Prospective et démographie

  • Certitudes et interrogations
  • Questions d’avenir

Dans les exercices d’anticipation démographique — à l’instar des projections des Nations unies —, la fécondité, la mortalité et la mobilité des personnes sont appréhendées de manière totalement exogène, alors qu’elles devraient l’être comme de très complexes micro-systèmes. Dans les projections existantes, les niveaux atteints à tel ou tel horizon temporel, par les indicateurs (indicateur conjoncturel de fécondité ou descendance finale, quotients de mortalité, soldes migratoires) sont des produits d’extrapolation et de choix plus ou moins raisonnés, à l’intérieur de spectres généralement peu ouverts et arrêtés sans préoccupation des conditions de leur réalisation. Ils ne résultent pas de la confrontation d’évolutions contrastées des variables explicatives premières de chacun des trois sous-systèmes clés. Or, ces derniers incorporent des éléments fondamentaux en provenance des sphères sociale, culturelle, législative, économique, technologique que l’on ne saurait négliger. Sur des questions relatives à des populations ou des territoires particuliers seront réalisées (sur demandes particulières extérieures ou en prolongement d’analyses menées en interne), dans le cadre de cet axe de recherches, des études prospectives qui intégreront la dimension du temps long, appréhenderont la réalité à travers ses aspects les plus divers, postuleront l’instabilité, la discontinuité et la rupture et se traduiront par des scénarios contrastés dont les avantages et inconvénients seront dûment comparés.